Vous recherchez un emploi ou un employé?  Visitez notre agence de placement

Dernières nouvelles

IMAGE Chute mortelle d’un échafaudage
mercredi 13 janvier 2016

Chute mortelle d’un échafaudage : le contremaître écope de 3,5 ans de prison...

Read More...
Norme CSST
lundi 8 septembre 2014

  Pour ne rien oublier concernant la sécurité des chariots élévateurs s’adresse aux...

Read More...
Un travailleur écrasé par un chariot élévateur
lundi 28 avril 2014

À son premier jour de travail Un travailleur écrasé par un chariot élévateur     Par...

Read More...
Accident mortel : Plateforme élévatrice
jeudi 20 mars 2014

Accident mortel Victoriaville : la CSST enquête VICTORIAVILLE - Deux inspecteurs de la...

Read More...
Un travailleur fait une chute mortelle
lundi 17 février 2014

Un travailleur fait une chute mortelle   Un travailleur a fait une chute de plusieurs mètres qui...

Read More...

Formation d'instructeur

L’ajout d’un instructeur à votre équipe peut s’avérer un outil utile pour votre personnel. Cette personne permet de rassembler les diverses lois et règlements, ainsi que les directives de l’entreprise et par le fait même tenir compte de sa réalité propre.

Le rôle d’un instructeur consiste à dispenser les éléments de formation théorique, pratique et d’en effectuer le suivi, le tout conforme à la règlementation. Il se doit de posséder une expérience d’utilisation avec l’équipement, être en mesure de bien communiquer et surtout, de respecter les règles et pratiques sécuritaires de l’entreprise.

 

 

 

 

La manutention et le déplacement du matériel font partie des opérations courantes en production et les chariots élévateurs sont des équipements de manutention omniprésents dans les entreprises que nous desservons. Ils sont aussi, hélas, impliqués

 

dans beaucoup d’accidents et, souvent, avec des conséquences graves. En effet, même si un chariot n’est pas plus grand qu’une petite automobile, il pèse au moins cinq fois plus et, de plus, il transporte souvent des charges aussi lourdes qu’une auto. Son opérateur, appelé cariste, n’a pas la même visibilité que derrière les vitres panoramiques d’une auto et il fait des manœuvres bien plus complexes.  Enfin, le versement d’un chariot, même à faible vitesse, expulse souvent le cariste et l’écrase sans pitié. Pourtant, la conduite d’une automobile est bien plus réglementée (fabrication, sécurité, formation, permis, code de la route,etc.) que celle d’un chariot élévateur. On comprend alors pourquoi le législateur a introduit, en 2007, dans le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST), quatre nouveaux articles portant spécifiquement sur les chariots élévateurs :

 

• Âge minimum du cariste (a. 256.2)

 

En vigueur depuis le 6 janvier 2007

 

• Formation du cariste (a. 256.3)

 

En vigueur depuis le 6 janvier 2007

 

• Dispositif de retenue du cariste (a. 256.1)

 

En vigueur depuis le 4 janvier 2008

 

• Levage d’un travailleur (a. 261)

 

En vigueur depuis le 4 janvier 2008.

 

 

 

Ces changements réglementaires ont donné un nouveau souffle à la sécurité des chariots élévateurs, en misant notamment sur la formation obligatoire des caristes.

 

Cette fiche technique traitera des sujets suivants, tous reliés à la manutention et au transport du matériel :

 

• Définition et types de chariots élévateurs

 

• Formation du cariste

 

• Dispositif de retenue du cariste

 

• Piétons et signalisation

 

• Palettiers

 

• Quais de transbordement

 

• Levage d’une personne.

 

 

 

Mais qu’est-ce donc qu’un chariot élévateur?

 

 

 

Intuitivement, nous pourrions dire que le chariot élévateur n’est pas un véhicule de transport comme l’automobile. C’est plutôt un engin de manutention utilisé pour soulever et empiler (ou gerber) des charges, les transporter sur de courtes distances et les descendre et les déposer (ou dégerber). Mais encore…

 

 

 

L’article 1 « Définitions » du RSST ne donne aucune définition sur les chariots élévateurs.

 

 

 

Plus loin, l’article 256 « Chariot élévateur », sans le définir, exige toutefois que celui-ci soit conforme à la norme

 

Safety Standard for Low Lift and High Lift Trucks B56.1-19931,2.

 

 

 

Dans la norme non plus, il n’y a pas de définition d’un chariot élévateur. Cependant, l’annexe B présente un glossaire des termes les plus utilisés et l'on y retrouve plusieurs définitions…parce qu’il existe plusieurs types de chariots élévateurs : les chariots élévateurs en porte-àfaux (le « classique » contrebalancé) et les chariots à poste de conduite élevable, à grande levée (le célèbre « order-picker »), bien sûr, mais aussi les chariots à conducteur porté, les chariots élévateurs à petite levée, les chariots motorisés à conducteur accompagnant (ou transpalette électrique), etc.

 

 

 

QU’EST-CE QU’UN CHARIOT ÉLÉVATEUR ?

 

Chariot élévateur en porte-à-faux à conducteur assis

 

 

 

Chariot élévateur à grande levée, en porte-à-faux, à conducteur porté

 

 

 

Chariot élévateur à poste de conduite élevable, à grande levée

 

 

 

Chariot pour allées étroites, à conducteur porté, à fourches entre longerons

 

 

 

Chariot en porte-à-faux, à prise latérale et frontale

 

 

 

Chariot motorisé à petite levée, à conducteur porté

 

 

 

Chariot motorisé à petite levée, à conducteur accompagnant

 

 

 

(transpalette)

 

 

 

Lors d’un renversement, le cariste doit être protégé pour éviter qu’il ne se fasse écraser par la cage de protection, d’où l’obligation du port de la ceinture de sécurité (RSST, art. 256.1).

 

 

 

Le conducteur étant debout, le port de la ceinture n’est pas obligatoire. Le risque de renversement demeure pourtant présent. On doit aussi protéger le cariste de matériaux ou obstacles pouvant pénétrer dans le poste de conduite, avec une barre verticale par exemple (non illustrée). Le conducteur étant debout, le port de la ceinture n’est pas

 

obligatoire. En raison de la position des roues avant, le risque de renversement est considéré moindre que celui du contrebalancé, mais il demeure présent. Le cariste s’élève avec la charge, il doit donc aussi être protégé des chutes de hauteur en s’attachant avec un harnais. Dans certains cas, des gardes de protection installés sur une plateforme, positionnée sur la fourche, sont aussi utilisés. Le conducteur étant debout, le port de la ceinture n’est pas obligatoire. En raison de la position des roues avant, le risque de renversement est considéré comme moindre que celui du contrebalancé, mais il demeure présent. On doit aussi protéger le cariste de matériaux ou obstacles pouvant pénétrer dans le poste de conduite, avec une barre verticale par exemple. Lors d’un renversement, le cariste doit être protégé pour éviter qu’il ne se fasse écraser par la cage de protection, d’où l’obligation du port de la ceinture de sécurité (RSST, art. 256.1). En raison de la prise variable, la visualisation du triangle de

 

stabilité demande des connaissances supplémentaires. Le cariste est debout sur la plate-forme du chariot. Il doit garder ses mains et ses pieds à l’intérieur de la plate-forme pour prévenir les coincements (contre des palettiers, colonnes et autres obstacles). Il doit aussi contrôler le déplacement du chariot pour prévenir une chute lors d’un virage aigu ou d’un arrêt brusque. Le cariste marche à l’avant (ou à l’arrière) du chariot. Il doit

 

garder ses mains et ses doigts à l’intérieur de la zone protégée du timon et le corps et les pieds éloignés du châssis pour prévenir les risques de coincement ou d’écrasement. Il doit aussi contrôler le déplacement du chariot pour prévenir une collision (lors de virages par exemple).

 

 

 

L’article 256.3 du RSST « Formation du cariste »

 

stipule que :

 

Un chariot élévateur doit être utilisé unique -

 

ment par un cariste ayant reçu :

 

1° une formation qui porte notamment sur

 

a) les notions de base relatives aux chariots

 

élévateurs ;

 

b) le milieu de travail et ses incidences sur la

 

conduite d'un chariot élévateur ;

 

c) la conduite d'un chariot élévateur ;

 

d) les règles et mesures de sécurité ;

 

2° une formation pratique, effectuée sous la

 

super vision d'un instructeur, qui porte sur

 

les activités liées au chariot élévateur, tels le

 

démarrage, le déplacement et l'arrêt, la

 

manutention de charges et toute autre

 

manoeuvre nécessaire à la conduite d'un

 

chariot élévateur.

 

La formation pratique doit être réalisée,

 

dans un premier temps, si possible, à

 

l'extérieur de la zone réservée aux opéra -

 

tions cou rantes et être ensuite complétée

 

dans la zone habituelle de travail.

 

De plus, la formation prévue aux paragra -

 

phes 1 et 2 comprend les directives sur

 

l'environ ne ment de travail, les conditions

 

spécifiques à celui-ci ainsi que le type de

 

chariot élévateur qu'utilisera le cariste.

 

 

 

Mais alors, que faire avec les jeunes ou les nouveaux opérateurs de chariots élévateurs,

 

ceux qui n’ont jamais conduit un chariot et qu’on appelle parfois « les verts »...? La formation théorique peut être donnée dans un premier temps. Ensuite, le futur cariste doit pouvoir opérer un chariot élévateur pour apprendre à le conduire, c’est encore le meilleur et le seul moyen ! Le règlement précise cependant que, dans la mesure du possible, cette pratique devrait être réalisée « à l'extérieur de la zone réservée aux opérations courantes pour ensuite être complétée dans la zone habituelle de travail».

 

La norme B56.14 apporte aussi des précisions à ce sujet. Elle stipule, à l’article 4.19.1, que

 

 

 

« Les personnes qui n’ont pas reçu la formation de conducteur de chariot de manutention

 

motorisé peuvent conduire un chariot aux fins de formation seulement et uniquement

 

sous la surveillance directe de l’instructeur. La formation doit se donner loin des autres chariots, des obstacles et des piétons. »

 

 

 

Ce nouvel opérateur ne doit en aucun cas être laissé à lui-même pour apprendre à conduire un chariot élévateur. Il ne peut surtout pas « apprendre sur le tas »… Il devrait donc recevoir d’abord un entraînement pratique en cadré, dans une zone à l’écart avec un instructeur présent. Puis, une fois qu’il maîtrisera la conduite de base du chariot élévateur (démarrage, déplacement, arrêt, manutention de charge, etc.), sa formation devra se poursuivre dans la zone habituelle de travail, toujours sous la supervision d’un instructeur. Enfin, après une évaluation de la sécurité de ses pratiques et de leur conformité au contenu de la formation théorique, il pourrait, sous supervision, commencer par les tâches les plus faciles et passer aux tâches plus complexes, au fur et à mesure que son expérience le lui permettra.

 

 

 

FORMATION DU CARISTE

 

... Si l’on change d’équipement de préhension (rallonge de fourche, tablier à fourches à déplacement latéral, etc.) sur un chariot élévateur, cela affecte sa capacité de levage ?

 

 

 

Il faut, en effet, tenir compte du poids de l’équipement même, ainsi que de la distance supplémentaire qu’il ajoute au centre de charge (en particulier, dans le cas des rallonges de fourche).

 

... Les rallonges de fourches de chariots élévateurs doivent respecter certaines règles de sécurité?

 

 

 

Ainsi, chaque rallonge doit posséder une plaque signalétique indiquant la capacité maximale de chacune en terme de poids et de centre de gravité de la charge. La longueur maxi male des rallonges ne doit pas dépasser une fois et demie la longueur des fourches. Les rallonges doivent être fixées sécuritairement.

 

 

 

SAVIEZ-VOUS QUE...

 

 

 

Le nouvel article du RSST traitant du dispositif de retenue du cariste, en vigueur depuis le 4 janvier 2008, se lit comme suit :

 

 

 

Article 256.1. Dispositif de retenue du cariste Un chariot élévateur en porte-à-faux à grande levée et à poste de conduite au centre, non élevable avec le cariste assis, visé au deuxième alinéa de l’article 256, doit être muni d’un dispositif de retenue, tels une ceinture de sécurité, des portes grillagées, une cabine fermée, un siège enrobant ou à oreilles, afin d‘éviter que le cariste ne soit écrasé par la structure du chariot élévateur en cas de renversement. Ces dispositifs doivent être, le cas échéant, maintenus en bon état et utilisés.

 

 

 

Cet article exige un dispositif de retenue du cariste, c’est clair. Ce qui l’est moins, comme en témoignent les nombreuses questions qu’il soulève et la diversité des réponses, c’est la nature du dispositif exigé. En effet, on y donne une liste de dispositifs, à titre d’exemples, sans préférence, ni hiérarchisation, ni exclusivité. En d’autres termes, vous avez le choix du dispositif ; les cinq cités ne le sont qu’à titre indicatif.

 

 

 

On pourrait donc être tenté de conclure que le siège à oreilles, par exemple, est acceptable pour se conformer à l’article. Est-ce vrai ?

 

 

 

Pour répondre à cette question, rappelons qu’un même article de règlement (ou de loi) peut comporter plusieurs obligations.

 

 

 

Dans l’article 256.1, lorsqu’on dit : Un chariot (…) doit être muni d’un dispositif de retenue (…), il s’agit clairement d’une obligation. Plus loin, quand on dit : (…) tels une ceinture de sécurité, des portes grillagées, (…), on donne le choix du moyen permettant de rencontrer cette obligation. Enfin, lorsqu’on spécifie : (…)afin d’éviter que le cariste ne soit écrasé par la structure du chariot élévateur en cas de renversement,

 

 

 

C’est clairement d’une seconde obligation dont il s’agit. Nous avons donc ici une double obligation. L’obligation d’utiliser un dispositif de retenue (parmi quelques exemples indicatifs mais non restrictifs et tout en nous laissant le choix) et l’obligation d’un résultat que ce dispositif doit atteindre. Cela dit, un siège à oreilles est-il acceptable pour se conformer à l’article ? La réponse est : Non, pas à l’article, mais à une partie de l’article seulement, celle de la première obligation. Comment alors se conformer à la seconde obligation de résultat ? Comment s’assurer que notre dispositif évitera que le cariste ne soit écrasé par la structure en cas de renversement ?

 

 

 

Seules la ceinture de sécurité, les portes grillagées et la cabine fermée, permettent d’éviter que le cariste ne soit écrasé par la structure du chariot en cas de renversement. De plus, les fabricants de chariots à sièges enrobant ou à oreilles, mentionnent tous que ces dispositifs doivent être utilisés avec la ceinture de sécurité. Enfin, si d’autres dispositifs vous sont proposés, assurez-vous que le fabricant vous garantisse qu’ils donneront le même résultat… et par écrit !

 

 

 

Attention : Ceci n’est pas un avis juridique...

 

La vidéo Le port de la ceinture de sécurité peut vous sauver la vie déboulonne les trois mythes les plus répandus chez les caristes :

 

• Premier mythe : « J'aurais le temps de sauter si mon chariot élévateur renversait sur le côté »

 

• Deuxième mythe : « Si le chariot renverse, je n'ai qu'à me cramponner à mon volant et caler mes pieds pour me retenir »

 

• Troisième mythe : « Porter une ceinture pelvienne provoque un coup de fouet et l'intensité du choc de ma tête au sol serait supérieure ».

 

L'information vulgarisée y est présentée de façon à ce qu'un travailleur puisse se reconnaître dans les situations décrites et se convaincre de porter la ceinture pelvienne.

 

Cette vidéo a été réalisée par le groupe de recherche PERSEUS, du département de génie mécanique de l'Université de Sherbrooke, dans le cadre d'un projet financé par

 

DISPOSITIF DE RETENUE DU CARISTE

 

Ceinture, porte, cabine ou siège : lequel choisir ?

 

 

 

La présence simultanée de piétons et de chariots élévateurs dans un même espace de travail crée un risque réel de collision entre eux. Quels sont les moyens de prévention possibles ?

 

 

 

Pensons d’abord à l’élimination du danger à la source... Si l’on ne peut éliminer les chariots élévateurs de l’environnement de travail, l’on peut tout de même réduire les situations et les occasions de proximité avec les piétons.

 

Analysons d’abord les déplacements qu’effectuent les chariots élévateurs dans l’usine : sont-ils tous nécessaires ? Peut-on en éliminer ou en raccourcir par un réaménagement du matériel ou des postes de travail ? Si cela est possible, le gain de productivité ajouterait ici une motivation supplémentaire. La même réflexion pourrait ensuite se faire avec les déplacements des piétons dans l’usine : Sont-ils tous utiles ? N’y at-il pas trop de « tourisme » ?

 

Un autre moyen pourrait aussi être examiné : séparer les piétons des chariots élévateurs en créant des allées de circulation exclusives aux piétons, allées qui pourraient être protégées par des barrières ou des poteaux, ou tout au moins, bien annoncées. L’on peut aussi délimiter, dans une même allée, un corridor réservé aux piétons et laisser le reste pour les véhicules. Il y aura probablement toujours des intersections où piétons et chariots se croiseront. Une bonne signalisation s’impose comme moyen de prévention efficace et facile à réaliser. Des écriteaux signalant la présence de chariots élévateurs peuvent ainsi être affichés à ces endroits. L’on peut aussi installer des miroirs pour améliorer la « visibilité ». Enfin, les caristes devront être formés à la consigne de toujours ralentir aux intersections et de signaler leur présence en klaxonnant, au besoin. Plusieurs endroits dans une usine sont inévitablement et fréquemment utilisés par les piétons : portes de bureaux donnant sur une allée de circulation, toilettes, abreuvoirs, etc. Pour prévenir les risques de heurt par un chariot à ces endroits, l’on devrait installer des garde-corps devant les portes. Aussi, des dispositifs électroniques de détection de mouvement peuvent donner un signal (visuel ou auditif) à l’approche d’un véhicule à une intersection. L’entretien des lieux est aussi très important. Les planchers doivent être dégagés, de niveau, bien éclairés et exempts de surfaces glissantes. Et cela est tout aussi pertinent pour la circulation à l’extérieur. Les risques y sont encore plus nombreux : surfaces inégales, en pente, mouillées, enneigées, encombrées parfois de débris. L’entretien régulier des surfaces devient alors essentiel.

 

 

 

Enfin, si l’on attache, avec raison, une grande importance à la formation des caristes (et la réglementation en fait une obligation depuis janvier 2007), il ne faut pas négliger les autres travailleurs - incluant les superviseurs, cadres, personnel de bureau, bref tous les piétons potentiels - qui devraient aussi être sensibilisés aux risques reliés à la circulation des chariots élévateurs. Les « non caristes » ne réalisent pas à quel point le champ de vision à bord d’un chariot élévateur est obstrué, même dans les meilleures conditions ! La vision vers l’avant d’un chariot est entravée par plusieurs obstacles : vérins hydrauliques, chaînes, boyaux d’huile, mât de levage, etc. Les piétons doivent réaliser

 

que le cariste n’a pas le même champ de vision qu’un automobiliste et ils doivent faire leur part dans la prévention des collisions. Dans cette optique, l’on peut utiliser un moyen de sensibilisation efficace qui consiste à produire une affiche montrant une photo prise de l’intérieur d’un chariot à la hauteur des yeux du cariste ou une vidéoclip de la même position.

 

 

 

Le célèbre slogan « La route, ça se partage » est tout aussi pertinent ici. Piétons et caristes devraient se l’approprier et, surtout, le mettre en pratique.

 

 

 

PIÉTONS ET SIGNALISATION

 

Tous les caristes doivent avoir suivi une formation sur l’utilisation sécuritaire des chariots élévateurs. Dans cette formation, le cariste apprend, entre autres, à s’assurer que le poids des charges qu’il soulèvera avec son chariot élévateur soit en deçà de la charge maximale du chariot élévateur. Lors de la formation, quelques éléments portant sur l’environnement de travail sont aussi abordés. Par exemple, le cariste apprend à s’assurer que la charge respectera aussi la capacité de charge maximale du palettier. Ce n’est toutefois pas suffisant…

 

Une structure aussi importante qu’un palettier, qui permet d’entreposer toutes les matières premières et tous les produits créés par l’entreprise, doit recevoir plus d’attention. Une formation spécifique sur l’utilisation sécuritaire des palettiers fournit des informations plus complètes et plus détaillées.

 

 

 

CHARIOTS ÉLÉVATEURS ET PALETTIERS

 

UTILISATION SÉCURITAIRE DE CHARIOTS ÉLÉVATEURS

 

Une formation théorique et pratique doit être suivie par toute personne qui opère un chariot élévateur, même occasionnellement !

 

La session de formation d'une vise à répondre aux exigences du Règlement sur la santé et la sécurité du travail auquel tous les employeurs du Québec doivent se soumettre.

 

 

 

Dans le cadre de cette formation, nous encourageons fortement la prise en charge par le milieu, en aidant les entreprises à se doter d’un évaluateur à l’interne habilité à utiliser une grille d’observation pour la partie pratique.

 

 

 

Contenu de la formation

 

• Réglementation

 

• Composantes des types de chariots élévateurs

 

• Inspection

 

• Sources d’énergie

 

• Principes de stabilité

 

• Règles de conduite

 

• Gerbage et dégerbage, chargement et déchargement

 

• Évaluation théorique des connaissances

 

• Pratique individuelle

 

 

 

Quelle est la méthode de travail la plus sécuritaire pour prévenir les risques lorsque le cariste doit vider ou remplir la remorque d’un camion ? Au fait, quels sont les risques de ce travail ?

 

Le risque d’accrocher la charge

 

Il peut être contrôlé, entre autres, par l’aménage ment, une palettisation adéquate et la formation du cariste ;

 

Le risque de défoncer le plancher de la remorque

 

Il peut être contrôlé en inspectant le plancher de la remorque et en vérifiant sa capacité pour s’assurer que le chariot et sa charge pourront être supportés ;

 

Le risque de renversement, de la rampe du quai ou de la remorque

 

Ce risque est plus difficile à contrôler, d’autant plus qu’il ne dépend pas seulement du cariste, mais aussi de la remorque qui peut glisser, basculer ou partir de façon inopinée.

 

Ce dernier risque mérite qu’on s’y attarde.

 

 

 

Pour prévenir le renversement, on doit avant tout évaluer chacun des risques suivants :

 

La remorque du camion peut-elle glisser ?

 

La nature et l’état de la chaussée, l’inclinaison de la cour, de même que la dénivellation entre le quai et la remorque, influenceront le risque de glissement. La masse et la vitesse du chariot élévateur sont aussi des éléments à considérer ;

 

La remorque peut-elle basculer ?

 

La longueur de la semi-remorque influencera ce risque et, ici aussi, l’inclinaison de la cour, la masse et la vitesse du chariot élévateur sont des éléments à considérer ;

 

La remorque peut-elle partir de façon inopinée ?

 

Plus il y a de portes différentes, de chariots qui circulent en même temps, de remorques stationnées et de camions, plus le risque qu’un conducteur de tracteur prenne la mauvaise remorque ou qu’un cariste soit dans une remorque quand elle part, est élevé. Par ailleurs, si le tracteur demeure attelé, le risque de basculement est éliminé mais le risque de départ inopiné augmente.

 

 

 

 « Cage de levage de personnel », soulevée par un chariot élévateur, à condition de respectercertaines règles, telles que stipulées à l’article 261 du RSST :

 

261. Levage d'un travailleur : (...) Le levage d'un travailleur à l'aide d'un chariot élévateur doit s'effectuer conformément à la Norme de sécurité concernant les chariots élévateurs à petite levée et à grande levée, ASME B56.1 (1993-A.1995).

 

 

 

De plus, chaque travailleur doit porter un harnais de sécurité conforme aux articles 347 et 348.

 

 

 

 

Formation CC
7945 Henri Bourassa Est
Montréal, H1E 1N9
(450) 638-1888